agence webmarketing Paris Nantes Perpignan

Covid-19 : la crise tire les salaires vers le bas

En raison de la crise sanitaire induite par la pandémie du Covid-19, les salariés voient leur paie diminuer. Cette situation a commencé dès le premier semestre de l’année 2020. Suivant le rapport de l’OIT, il s’agit plus d’un déclin relatif au taux de croissance des salaires moyens. Il s’en suit un écart béant entre les différents niveaux de salaires.

Une forte inégalité salariale

Le rapport mondial sur les salaires a montré comment la pandémie a mis la pression sur les salaires, élargissant l’écart entre les hauts salariés et les travailleurs à bas salaires. Plus précisément, ce sont les femmes et les salariés en bas de l’échelle qui sont les plus touchés. Suivant les statistiques récoltées auprès de 28 pays européens, la baisse de salaire enregistrée auprès de la gente féminine s’estime à 8,1 % contre 5,4 % pour les femmes. Cela est surtout dû à la réduction des heures de travail. En ce qui concerne les travailleurs les moins payés, leur salaire est faiblement compensé par les subventions offertes par l’État. Dans le cas échéant, ils auraient un manque à gagner de 17 % sur leur salaire.

Après quatre années où les salaires ont augmenté en moyenne, de 0,4 à 0,9 % par an dans les économies avancées du G20 et de 3,5 à 4,5 % dans les économies émergentes, la croissance des salaires a ralenti ou s’est inversée dans les deux tiers des pays pour lesquels des données récentes étaient disponibles.

Mais les chiffres ne reflètent que les salaires de ceux qui ont un emploi, et dans certains pays, tant de travailleurs mal rémunérés ont perdu leur emploi, c’est la l’importance de bien négocier une clause en cas de rupture conventionnelle. D’autre part, les salaires moyens semblent avoir augmenté. Les dégâts auraient pu être pires si les gouvernements et les banques centrales n’étaient pas intervenus pour dissuader les entreprises de licencier des travailleurs pendant les blocages pandémiques. De telles mesures avaient permis à des millions de salariés de conserver tout ou partie de leurs revenus.

La baisse des salaires justifiée

L’impact de la pandémie sur les bénéfices mondiaux fait suite à une longue période de croissance lente des salaires dans le monde. Depuis 2019, l’augmentation des salaires s’est faite de manière plus lente à comparer à la productivité. Cela signifie que la part de la production mondiale versée aux travailleurs en baisse entraîne une tendance similaire au niveau des revenus.

Les politiques du salaire minimum pourraient contribuer à réduire les inégalités salariales. Il faut aussi reconnaître que de fortes augmentations du salaire minimum pourraient être « difficiles ou risquées » dans certains pays à court terme, étant donné le risque de pertes d’emplois.

La plupart des pays ont un plancher salarial légal, mais à l’heure actuelle, sur les quelque 327 millions de travailleurs payés à leur taux local ou en dessous de leur taux local, 266 millions sont payés en dessous du minimum légal. Cela s’explique en partie par le fait que de nombreux pays excluent les travailleurs agricoles et domestiques de leur couverture ; et en partie à cause du grand nombre de travailleurs informels où les règles ne sont pas appliquées.